Association humanitaire Karuna fondée par Matthieu Ricard

Sommaire
Flash Info - Karuna
Accueil
Clinique Shechen
Clinique Bodgaya
Nos programmes
Newsletter
Qui sommes nous ?
Liens utiles
Nous aider
Revue de presse
Contact

Karuna Association humanitaire

Article : Pourquoi Karuna ?



PHOTO MATTHIEU RICARD
    J’ai éprouvé une grande joie de me consacrer au travail humanitaire en Asie, principalement au Tibet, au Népal et en Inde. L’action de Karuna n’est pas destinée à des populations exclusivement bouddhistes. Par exemple au Bihar, la majorité des personnes que nous touchons sont de croyance hindoue et musulmane. Parmi les patients de Shechen Clinic au Népal, 70% sont hindous et 30% seulement représentent les populations locales de confession bouddhiste. Nous oeuvrons au service des plus démunis pour la santé et l’éducation en prenant plus particulièrement en charge les vieillards, et les orphelins. Nous contribuons au développement par la construction d’infrastructures telles que des ponts ou des routes.

Karuna France, une association non-confessionnelle et apolitique



    Karuna France est une association non-confessionnelle et apolitique dont le dénominateur commun est de servir. On voit le problème lorsqu’un agenda religieux se glisse dans l’action humanitaire. Evidemment le bouddhisme nous inspire, mais il faut avoir une humilité et une lucidité suffisantes pour ne pas introduire des croyances religieuses sur le terrain. Cela va à l’encontre du bien des personnes qu’on essaie d’aider. On a l’exemple des programmes mis en place pour lutter contre le sida en Afrique. Ils fonctionnaient très bien mais ils ont fonctionné moins bien quand les Américains y ont importé les croyances religieuses qui inspirent beaucoup le gouvernement actuellement en place. L’aide humanitaire sur le sida s’est trouvée dénaturée à cause de visées théologiques, cela au détriment des populations.


    Il faut, en toute simplicité, soigner les malades, d’apprendre à lire et à écrire aux enfants, d’assurer des conditions de vie décentes aux personnes âgées, d’apporter aux orphelins de la nourriture et des vêtements ou encore de construire des ponts quand ils manquent comme nous l’avons fait par exemple sur le Yangtse au Tibet.
 

    Près de Bodhgaya, en Inde, nous apportons une assistance médicale à des villages délaissés de tous dans une immense détresse. Dans un village dit le village de la souffrance, la présence de fluor dans l’eau provoque la dislocation des articulations dès l’âge de 20 ans. Pour remédier à ce problème, nous avons donc entrepris de creuser des puits artésiens. Dans un autre village sont regroupés des tailleurs de pierre originaires du Rajasthan, hors caste, qui n’ont aucun accès ni aux écoles, ni aux hôpitaux. Nous mettons en place pour eux des structures d’aide adaptées.
 
La déviance positive de Karuna


    Il suffit d’être humain pour vouloir aider Karuna. Il n’est pas nécessaire de se dire bouddhiste pour soulager un peu de souffrance. J’ai assisté à des rencontres entre le Dalaï-Lama ou de grands maîtres spirituels et des personnes engagées dans l’humanitaire. Ils leur disent : « Nous méditons sur la compassion, vous la mettez en œuvre. Vous êtes les mains de la compassion. »


    Il est évident que la sagesse sans compassion est stérile. Par ailleurs la pratique spirituelle nous aide parce que la compassion sans la sagesse est aveugle. Les problèmes dans l’humanitaire proviennent souvent de conflits d’ego. Les salariés des ONG veulent vivre dans des conditions matérielles privilégiées. Ils ont de belles maisons avec de grands jardins, du service, des voitures tout terrain extrêmement coûteuses. Ils descendent dans des hôtels cinq étoiles. Cela n’a rien de mal en soi bien sûr, mais c’est toujours autant de fonds en moins pour les projets eux-mêmes. Quand on constate cela, on comprend que la voie spirituelle aide à trouver l’attitude juste dans l’engagement humanitaire.


    Notre seule motivation est d’aider les autres sans attendre en retour une manifestation de reconnaissance, sans aucun intérêt financier, sans souci de promotion, de monter en grade. Le critère absolu de Karuna est d’aider, en poursuivant des objectifs humanitaires concrets, sur la base du volontariat. Les frais de fonctionnement de nos programmes  locaux sont maintenus à 2%. Cela n’est pas fréquent dans le milieu des ONG et un ami, qui travaille pour une grande organisation internationale a qualifié Karuna de déviance positive ! En France, il n’y a aucune charge de structure, Karuna est animé par des bénévoles.
 
Mon idéal est que la main exécute ce que le cœur médite


    Karuna présente l’avantage de ses structures très légères. Nous travaillons avec les populations locales que nous connaissions avant même d’avoir initié nos projets. Nous parlons les langues locales ce qui nous donne de réels avantages sur le terrain. Karuna est une toute petite organisation mais elle fait la preuve d’une grande efficacité car nos moyens sont adaptés à la situation. Je donnerai l’exemple d’un programme que nous avons mis en œuvre au Tibet l’an dernier et qui s’intitule Sauver la mère et l’enfant. Une organisation similaire à la nôtre qui travaille depuis cinq ans au Tibet central, grâce à une action bien planifiée, a réussi à réduire la mortalité infantile de 30% dans les villages où elle a pu donner aux femmes une formation à l’accouchement et aux soins du nouveau-né. Cela vaut la peine d’être accompli !


    Le Dalaï-Lama m’a dit un jour : « Si l’on peut devenir comme Milarepa* et atteindre l’Eveil en une seule vie, il faut passer sa vie à méditer. Sinon mieux vaut partager son temps, passer six mois de l’année dans une vie contemplative et six mois dans la vie active. » Selon son conseil, j’essaie de me partager de mon mieux entre les projets humanitaires, la recherche dans les neurosciences sur la contemplation et des retraites consacrées à la méditation. Mon idéal est de faire en sorte que la main exécute ce que le cœur médite.

 *Milarepa, saint et yogi tibétain du XI°siècle
 
propos recueillis par Sofia Stril-Rever





Matthieu Ricard association humanitaire nepal, tibet, bouthan
Copyright © Karuna.fr. Tous droits réservés.